Le Jardin partagé

C’était un petit jardin, qui sentait bon les moments partagés…

De la suite dans les idées

photo du jardin
Né l’année dernière lors de la création de la terrasse devant la Ressourcerie, le jardin prend son envol et rejoint cette année le réseau « Les Incroyables comestibles » sous l’impulsion d’Agathe la main verte, notre bénévole-jardinière attitrée…

Les incroyables comestibles, Kesako ? Un mouvement participatif citoyen qui invite les habitants à planter partout là où c’est possible et à mettre les récoltes en partage. Des milliers de jardins participatifs existent déjà en France mais pas que…

Rejoignez-nous lors des ateliers

Vous voulez apprendre à jardiner, nous donner un coup de main, partager un moment convivial ? Rendez-vous un mercredi par mois avec Agathe pour des ateliers aux thèmes variés… N’hésitez pas à aimer notre page Facebook pour être au courant des dates et thèmes des prochains ateliers.

Un canard dans ma rizière

Tout beau, tout chaud ! A peine rentrée de vacances, je n’ai pas pu résister à l’envie de vous faire partager une belle rencontre avec un animal malin et utile, le canard désherbant.

image canard dans rizière

Du Japon à la Camargue

Bernard Pujol, riziculteur à St Gilles en Camargue, s’est converti il y a dix ans à l’agriculture biologique suite au voyage de son fils au Japon d’où il a rapporté une technique ancestrale de désherbage 100% naturel des rizières grâce à des centaines de petits canards !

C’était un vrai pari ! Bernard Pujol a d’abord été considéré comme un doux-dingue par ses pairs avant de devenir, succès oblige, l’un des agriculteur phare de la Camargue.

Loin du stéréotype du producteur bio baba cool, Bernard Pujol allie démarche idéologique de respect de l’environnement et rentabilité économique assumée. Il lui a fallu plusieurs années pour perfectionner l’application de cette technique dans ses rizières de Camargue afin d’obtenir un riz 100% naturel, sans aucun ajout de pesticide ni d’engrais.

Une démarche de longue haleine

Pour éviter tout ajout d’intrants, les terres destinées à la riziculture sont d’abord enrichies durant trois ans : plantées de luzerne et de foin et paturées par les moutons. Au bout de trois ans, le sol est retourné plusieurs fois avant d’être nivelé au laser : il doit être parfaitement droit pour que le niveau de l’eau soit identique sur toute la surface de la parcelle. Le riz est alors semé en ligne bien droite par enfouissage afin de laisser la place aux canards de circuler.

Lorsque le riz a atteint une hauteur suffisante, les 600 canettes sont introduites dans les rizières et attaquent aussitôt leur boulot ! Pas de repos pour ces infatigables travailleuses qui se promènent au milieu des plants de riz pour débusquer graines et plants de mauvaises herbes et les gober sans plus tarder…

Au bout de trois mois, le riz est récolté et les canettes mises en conserve, permettant à l’exploitation d’atteindre un bon seuil de rentabilité.

Une vente directe

logo canard des rizieresBernard Pujol a créé sa marque propre « Canard des rizières » et les produits récoltés sont vendus en direct sur l’exploitation ou bien via leur site internet : http://www.canard-desrizieres.fr/

Si vous passez en Camargue, n’hésitez pas à participer à la visite de leur exploitation, vous risquez de vous en rappelez !